À savoir

Auteur ou rédacteur ?

Entre l’auteur et le rédacteur, les différences sont nombreuses : si chacun des deux doit faire preuve de créativité et de rigueur dans ses écrits, ils n’ont pas les mêmes droits, ni le même poids .

1. Caractéristiques générales
2. Un auteur est maître de son manuscrit
3. Un rédacteur fournit du contenu
4. Ré-exploitation du contenu
5. Et le traducteur ?
6. Les illustrateurs et graphistes

 

Caractéristiques générales

 

AUTEUR (écrivain, dramaturge, poète)

• rôle principal et vision globale ;
• droit moral (il cède ses droits patrimoniaux) ;
• touche des droits d’auteur.

RÉDACTEUR

• rôle partagé et apport partiel ;
• fournisseur de contenu (pas de droit moral) ;
• rémunération forfaitaire.

Dans le cas d’ouvrages collectifs, ou la contribution de chacun est limitée, on ne parle plus d’auteurs mais de rédacteurs. Les cas extrêmes, ce sont les encyclopédies et les dictionnaires, qui réunissent le travail de centaines voire de milliers d’auteurs (le Petit Larousse, dictionnaire centenaire avec 150 000 définitions, 28 000 noms propres, 5 000 illustrations).

 

Un auteur est maître de son manuscrit

En général, il a eu l’initiative et il a toujours la vision globale de son œuvre. En outre, les aménagements que peut lui faire faire l’éditeur, le contrat par lequel il cède ses droits à celui-ci ne le privent pas du droit moral. Ce droit moral inaliénable lui permet de refuser certaines adaptations de son œuvre ou le démantèlement de celle-ci.

 

Un rédacteur fournit du contenu

Pour un rédacteur c’est très différent : il ne peut se prévaloir de l’ensemble de l’œuvre, dont il n’est qu’un maillon et ne peut donc faire jouer le droit moral. Il n’est en fait qu’un fournisseur de contenu. Deux conséquences :
• sa contribution peut être réutilisée, fondue dans d’autres ouvrages, sans qu’on ait à lui rendre des comptes ;
• sa rémunération est forfaitaire : il ne peut prétendre toucher des droits proportionnels aux ventes (en vertu du Code du travail sur les œuvres collectives).
Ce rôle de rédacteur n’est pas limité aux ouvrages collectifs réunissant de nombreux contributeurs, mais s’étend à la littérature sentimentale, aux adaptations de dessins animés, de comics, de mangas, à certaines collections de livres pour enfants et à la plupart des guides de voyage.

Il arrive même que des éditeurs fassent des livres sans auteurs ! L’apport créatif vient essentiellement de l’éditeur, qui bidouille un livre avec son équipe interne (livres pour enfants par exemple).

 

Ré-exploitation du contenu

Lorsque l’éditeur agrège du contenu rédigé et publié, mais qu’il est libre d’exploiter sans rendre de comptes aux rédacteurs, on parle de ré-exploitation de contenu. L’article L.132-6 du Code de la propriété intellectuelle prévoit les cas où la rémunération peut devenir forfaitaire, avec l’accord de l’auteur :

• Ouvrages collectifs ;
• Ouvrages scientifiques ou techniques ;
• Anthologies ;
• Préfaces, annotations, introductions, présentations ;
• Illustrations d’un ouvrage ;
• Éditions de luxe à tirage limité ;
• Livres de prières ;
• Traductions (mais à la demande du traducteur) ;
• Éditions populaires à bon marché ;
• Albums bon marché pour enfants.

 

Et le traducteur ?

Son travail est lui aussi régi par le droit d’auteur et toute la difficulté pour lui c’est d’avoir une activité régulière. En France, 62% des traductions se font à partir de l’anglais, 8% du japonais, 6% de l’allemand, 4% de l’italien et de l’espagnol. Les traducteurs se regroupent en agences et en associations.

 

Les illustrateurs et graphistes

Ils travaillent aussi souvent dans d’autres secteurs que l’édition (pub, com’, art). On reconnaît généralement aux illustrateurs un droit moral sur leurs travaux.

  |  3 Comments
By maki

3 Comments

  1. macha 3 octobre 2017 10 h 52 min

    Très intéressant, cependant une question me taraude : je me demande, si on prend l’exemple d’un organigramme d’une revue quelconque, où on mettrait l’auteur par rapport au rédacteur? Car si on sent bien que l’auteur a plus de poids, on dirait qu’il est un peu ‘hors structure » contrairement au rédacteur, je me trompe? Du coup, il serait (l’auteur) en dessous du rédac chef, mais au-dessus du rédacteur?
    Bien cordialement

    Macha

  2. agence web paris 21 février 2018 14 h 15 min

    Un article au top !

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.